FIOE 568 Local 568 de la Fraternité Internationale des Ouvriers en Électricité info@fioe568.com

laurentLe Québec se distingue des autres provinces canadiennes par son unicité.  La province a su conserver sa culture francophone, une dimension importante de l’héritage culturel québécois.  Elle peut aussi se vanter d’avoir une législation de travail distincte qui accorde la priorité à la négociation collective pour les travailleurs, ce qui en fait une des juridictions les plus syndiquées en Amérique du Nord. Plus de 40 pour cent des salariés québécois sont membres d’un syndicat; ce taux est encore plus élevé dans l’industrie de la construction, alors que presque tous les salariés de cette industrie sont syndiqués.

Mais dans la province, les quelque 1,000 membres la FIOE travaillant dans l’industrie de la construction doivent affronter un marché de l’emploi discriminatoire qui donne au syndicat rival, la Fédération du travail du Québec (FTQ), le monopole de l’emploi et du placement sur les chantiers de construction.

Tel que le mentionne Laurent Talbot, Gérant d’affaires de la Section locale 568 :

C’est la FTQ qui finit par décider qui va travailler, situation injuste pour les membres

des autres syndicats de la construction

Mais le confrère Talbot est confiant que les récents changements proposés au code du travail pourraient mettre fin au monopole de la FTQ sur l’embauche et ouvrir le marché du travail à d’autres syndicats de construction. Le plus important changement proposé permettrait à tous les syndicats du Québec de faire des recommandations  au gouvernement provincial en ce qui a trait au placement de la main-d’œuvre sur les projets.

La législation du Québec est également unique en offrant à tous les travailleurs de la construction l’opportunité de changer de syndicat à tous les trois ans.  Le syndicat qui a la majorité gagne le droit de négocier avec l’association des entrepreneurs afin d’établir les taux de salaire et les conditions de travail pour tous les salariés. Le scrutin débute en juin et le confrère Talbot affirme que la FIOE est en train de se mobiliser afin de recruter de nouveaux membres à travers la province lors de la prochaine campagne qui débutera au mois de mai.

Le meilleur argument utilisé par la Fraternité est le suivant :

      Notre appartenance à un syndicat international nous confère la possibilité

      d’aller travailler partout au Canada, ce qui fait l’unicité des métiers de la

      construction si l’on compare avec les autres syndicats de  la construction au

      Québec.

Participant à son premier Congrès international, le confrère Talbot apprécie l’opportunité qui lui est offerte de rencontrer les dirigeants syndicaux de la FIOE de toute l’Amérique du Nord afin d’élaborer des stratégies au sujet de l’avenir du mouvement syndical dans l’industrie électrique.

La situation à laquelle il est confronté au Québec est très différente de celle que vivent les autres délégués mais selon lui, les objectifs de la FIOE sont les mêmes où que vous soyez!

   Le Canada et les États-Unis connaissent une forte vague anti-syndicaliste et je

   considère comme une immense opportunité  le fait de pouvoir rencontrer les confrères

   et les consœurs  pour tracer un plan d’action pour l’avenir de  notre Fraternité.


Partagez cette page !