FIOE 568 Local 568 de la Fraternité Internationale des Ouvriers en Électricité info@fioe568.com

Tableau de bord négo IC/I 2017

Voici le tableau de bord pour cette semaine :

Les discussions sont en cours sur tous les enjeux, sauf pour trois où une entente ne semble pas possible et qui sont mis en rouge (les horaires de travail, le temps supplémentaire et la mobilité).

Tableau de bord négo IC/I en date du 24 avril 2017

Temps supplémentaire

Temps supplémentaire

Salaire

Salaire

Horaire de travail

Horaire travail

Frais de déplacement

Frais de déplacement

Mobilité de la main d’œuvre

Mobilité de la main d’œuvre

Période d’essai

Période d’essai

Indemnité d’équipement de sécurité

Indemnité d’équipement de sécurité

Chef de groupe et chef d’équipe

Chef de groupe et chef d’équipe

Notion d’industrie lourde

Notion d’industrie lourde

Primes

Primes

Indemnité pour intempérie

Indemnité pour intempérie

Résolution de conflits

Moyen alternatif de règlements des conflits

Légende

orange Discussion à venir
jaune Négociation en cours
rouge Pas d’entente en vue
vert Accord de principe

MANDAT DE GRÈVE 2017

Dans le cadre des négociations des conventions collectives des différents secteurs de l’Industrie de la construction, il me fait plaisir de vous informer des résultats du vote.

                Participation des membres :  73                Votes POUR :     71           Vote CONTRE :  1             Vote REJETÉ :     1

Pour une taux de participation de 98% en faveur du déclanchement des moyens de pression pouvant aller jusqu’à la grève, ce  lorsque l’ALLIANCE SYNDICALE en jugera le moment opportun.

Nous profitons de l’occasion pour  remercier tous les membres qui se sont déplacés pour assister à cette assemblée.   Sans votre présence nous n’aurions pu obtenir un tel résultat.  Nous vous tiendrons au courant des développements futurs.

PÉTITION: MODIFICATIONS A LA LOI R-20 POUR L’AJOUT DE CLAUSES SUR LES BRISEURS DE GREVE ET LA RETROACTIVITE

L’Alliance syndicale demande au gouvernement d’inclure des dispositions contre les briseurs de grève et le droit pour les syndicats de négocier des augmentations de salaire rétroactives dans les conventions collectives. Ces demandes se basent sur ce qui existe déjà dans la loi qui régit les relations de travail pour les autres syndiqués au Québec, le Code du travail.

Les syndicats de la construction estiment qu’il est injuste que les travailleuses et les travailleurs de la construction ne soient pas traités de la même manière que les autres syndiqués québécois.

Vos représentants sillonneront les chantiers au cours des prochaines semaines pour vous permettre de signer la pétition. N’hésitez pas à les contacter pour qu’ils viennent vous visiter sur votre chantier.

Voici le texte de la pétition :

MODIFICATIONS À LA LOI R-20 POUR L’AJOUT DE CLAUSES SUR LES BRISEURS DE GRÈVE ET LA RÉTROACTIVITÉ


CONSIDÉRANT QUE la Loi sur les relations du travail dans l’industrie de la construction ne permet pas de négocier de clauses rétroactives à la signature de la convention collective ;

CONSIDÉRANT QUE l’absence de mesures rétroactives crée une dynamique où les associations patronales n’ont pas intérêt à régler rapidement une négociation de convention collective avant la menace d’un conflit de travail ;

CONSIDÉRANT QUE les travailleurs auraient pu obtenir 100 millions $ de plus en 2013-2014 si les augmentations de salaires négociées avaient pu être appliquées rétroactivement ;

CONSIDÉRANT QUE la Loi sur les relations du travail dans l’industrie de la construction ne prévoit pas de mesures anti-briseurs de grève ;

CONSIDÉRANT QUE l’absence de mesures anti-briseurs de grève crée des tensions entre les travailleurs lors des conflits de travail ;

CONSIDÉRANT QUE des mesures anti-briseurs de grève sont inscrites dans le Code du travail depuis 1977 ;

CONSIDÉRANT QUE des clauses rétroactives et des dispositions anti-briseurs de grève apporteraient plus d’équilibre dans le rapport de force entre les associations patronales et syndicales ;

Nous, soussignés, demandons au gouvernement du Québec qu’il modifie la Loi sur les relations du travail, la formation professionnelle et la gestion de la main-d’oeuvre dans l’industrie de la construction pour :

• Inclure des dispositions anti-briseurs de grève dans l’industrie de la construction ;

• Permettre la négociation de clauses rétroactives dans les conventions collectives
de l’industrie de la construction.

L’Alliance syndicale demande la médiation dans les secteurs institutionnel-commercial et industriel

23 Février 2017

L’Alliance syndicale de la construction vient de demander la médiation à la ministre du Travail pour la négociation concernant le renouvellement de la convention collective dans les secteurs institutionnel-commercial et industriel. Dans le cadre de cette négociation, l’Alliance syndicale négocie avec l’Association de la construction du Québec (ACQ).

En plus de cette négociation, l’Alliance syndicale est aussi responsable de négocier le renouvellement des conventions collectives dans le secteur résidentiel et celui du génie civil et de la voirie.

Les négociations avec l’ACQ sont difficiles depuis le début
Dans tous les autres secteurs de la construction, l’Alliance syndicale s’est entendue en une seule rencontre sur les modalités de négociation avec l’association patronale concernée. Seule l’entente avec l’ACQ a nécessité plus de trois rencontres pour obtenir le même résultat et ce, malgré la présence d’une conciliatrice.

Dans les autres secteurs, l’Alliance syndicale et les associations patronales n’ont toujours pas demandé un processus de conciliation ou de médiation.

La médiation est un processus plus proactif que la conciliation. Par contre, dans les deux cas la personne nommée n’a pas de pouvoir contraignant sur les parties qui négocient.

Les conventions collectives viendront à échéance le 30 avril prochain et l’Alliance syndicale est déterminée à s’assurer que les travailleurs auront droit à leurs augmentations de salaire sans délai.

À propos de l’Alliance syndicale

L’Alliance syndicale représente les 175 000 travailleurs et travailleuses de la construction dans le cadre des négociations de la construction. Elle regroupe les 5 syndicats représentatifs de la construction soit la FTQ-Construction, le Conseil provincial (International), le Syndicat québécois de la construction (SQC), la CSD Construction et la CSN-Construction.